Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Photographie de la dernière activité

Obsèques de Maurice MEULNET

Les obsèques de notre compagnon Maurice MEULNET ont eu lieu le mercredi 13 février 2019. Né le 17 avril 1932 à Neuilly-le-Réal (Allier), il est décédé le 9 février 2019.
Incorporé à l'école des Mousses le 1er avril 1949 (il n'avait pas encore fêté ses dix-sept ans), il rejoint ensuite l'École des Détecteurs. Il en sort breveté le 1er octobre 1950. Embarqué sur le croiseur Georges LEYGUES (cher au coeur des Lot-et-Garonnais, Georges LEYGUES étant natif de Villeneuve-sur-Lot), il est nommé quartier-maître détecteur le 1er avril 1952.
Il décide alors de réorienter sa carrière et rejoint la Section Marine École Marrakech pour devenir pilote de l'aéronavale. Il est nommé second maître le 25 avril 1953 avec les qualifications «Chasse-réacteur», «Chasse tous temps» et «Hélicoptères».
Il est affecté à la «54S» à Hyères.
Il se marie le 24 décembre 1953 et de cette union naîtront trois enfants.
Volontaire pour servir en Indochine, il y sert à la «3F», puis sur les porte-avions «Bois Belleau», «Arromanches» et «Lafayette». Il participe à de nombreuses opérations de combat (notamment plus de 100 heures de vol en missions de guerre sur la cuvette de Dien-Bien-Phu en 1954).
Il totalise plus de 1800 heures de vols d'entraînement et de missions de combat. Le 1er octobre 1955, il est nommé maître pilote. Affecté en France le 17 janvier 1956, il rejoint la «11F» Hyères et Karouba jusqu'au 21 novembre 1960.
En 1961, il se tourne vers les hélicoptères à la base aéronavale (BAN) de Saint Mandrier et il est détaché à la Section Marine École Chambéry. Breveté pilote d'hélicoptère cette même année, il vole sur Bell 47 et H19. Affecté aux flottilles «F32», puis «F33», il est basé à Lartigue en Algérie. Il y participe aux opérations, totalisant plus de 480 heures de vol en missions de combat. Il est promu premier maître pilote le 1er juillet 1961.
En août 1962 il est réaffecté à Saint Mandrier où il vole sur H34. Il rejoint ensuite Chambéry en 1963 où il sert comme moniteur hélicoptère au sein de l'armée de l'Air. En 1964, il rejoint l'École de spécialisation de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT) à Dax (Landes) où vient d'être créée une section Marine École. Il y sert jusqu'à la fin de sa carrière en 1966.
Mettant à profit ses qualifications, il s'oriente alors vers des compagnies aériennes civiles : Olympic Airways en Grèce, Héli-Union en France et en Afrique, il pilote également à Madagascar.
Sur un total de plus de 13000 heures de vol, il compte plus de 11000 heures sur hélicoptères et a volé sur Alouette II et III, sur Gazelle, Dauphin, Puma, Bolkow et autres appareils.
Chevalier de la Légion d'honneur du 13 mai 2005, il est également titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de guerre avec palmes et citations, de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d'argent et de bronze, de la Médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre avec agrafe «Algérie-Maroc».


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016