Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Photographie du dernier reportage des figures

Jean Ephrem LANUSSE
Voici un légionnaire Lot et Garonnais peu connu.
Jean Ephrem LANUSSE est né le 2 janvier 1818 à Tonneins.
Ordonné prêtre le 4 février 1844, vicaire de l'église St Pierre de Tonneins, puis curé de Casseneuil et enfin curé de Monheurt, il est très actif lors des inondations de la Garonne en 1856 et il sauve plusieurs vies.
Il devient aumônier militaire le 1er mai 1859, à l'armée d'Italie en qualité d'aumônier de la 3ème division du 3ème corps, puis de la 5ème division de l'armée d'occupation (Campagne d'Italie du 1er mai 1859 au 3 juin 1860). Il est ensuite attaché à différents hôpitaux de l'intérieur du 4 juin 1860 au 11 juillet 1862, avant de participer à la Campagne du Mexique du 12 juillet 1862 au 5 avril 1867. Il sert alors comme aumônier des hôpitaux de Vera Cruz, d'Orizaba, de la brigade de Cavalerie, de la 2ème division d'infanterie, puis comme aumônier en chef par intérim et enfin comme aumônier des hôpitaux établis sur la route de Vera Cruz. De retour en France, il est attaché à divers hôpitaux de l'intérieur avant de se porter volontaire pour être aumônier pendant la campagne de Mentana (Italie) du 6 avril 1867 au 30 octobre 1868. Il est ensuite aumônier à l'hôpital militaire Saint-Martin à Paris. Il participe à la guerre de 1870, du 29 juillet au 21 septembre 1870 comme aumônier du 7ème Corps de l'Armée du Rhin, puis de l'Armée de la Loire, du 15ème corps de l'Armée de l'Est, avant de devenir aumônier en chef de l'Armée de la Loire puis de l'Armée de l'Est du 22 septembre 1870 au 14 mai 1871. Il est aumônier de l'Armée de Paris à l'ambulance de Saint-Cyr, du 15 mai au 10 août 1871. Il est enfin affecté le 11 août 1871 comme aumônier à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr.

Il est élevé en dignité au titre de prélat en 1898 par le pape Léon XIII et a droit à l'appellation de « monseigneur ».

Chevalier de la Légion d'honneur du 30 octobre 1864, il est officier d'académie du 12 février 1885, et il est promu officier de la Légion d'honneur par décret du 4 mai 1889.

En 1896, l'Académie française lui décerne le « prix de vertu » du prix Montyon, il est également promu Officier de l'Instruction Publique. La même année, le président Félix FAURE le présente au Tsar Nicolas II lors de sa visite à Paris.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur des batailles où il était présent (Camerone : « Les héros de Camaron », Sedan : « L'Heure suprême à Sedan »).
Il avait ouvert un musée à Tonneins « le bazar de la gloire » dans lequel étaient conservés de nombreux objets rapportés de ses campagnes, objets qui furent dispersés à sa mort (il est décédé à Saint-Cyr-l'Ecole, département de Seine-et-Oise, devenu depuis le département des Yvelines, le 23 octobre 1905 alors qu'il était « Protonotaire Apostolique, Aumônier de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr »).

GAMBETTA aurait dit de lui : « Celui-là, gardons le, il est de la République des Braves ».

Ses états de service du 10 mai 1889 indiquent qu'il était aumônier titulaire des sauveteurs de France, aumônier d'honneur de plusieurs sociétés françaises ou étrangères, membre correspondant de la société scientifique de Mexico, membre correspondant de la commission scientifique du Mexique, titulaire de plusieurs témoignages des autorités civile, ecclésiastique et militaire. Il était également officier de Notre-Dame de la Guadalupe, chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique, titulaire de deux médailles d'honneur (argent et or) du ministère de l'Intérieur, des médailles commémoratives d'Italie, du Mexique, de la médaille militaire de Maximilien après la guerre de 1870-1871 et de trois médailles décernées par les sociétés de dauveteurs (argent, or et vermeil).

Ses nombreuses décorations (25) sont actuellement conservées au Musée du Souvenir des Écoles de Saint-Cyr/Coëtquidan.


Retourner à l'historique des reportages de figures locales



  © SMLH - 2016