Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Photographie du dernier reportage des figures

Jean-Baptiste Raymond de LACROSSE
Il est né le 6 septembre 1760 à Meilhan (Lot-et-Garonne). Il commence sa carrière en 1779 comme garde-marine.
Lacrosse est promu au grade d'enseigne de vaisseau en 1782 puis de lieutenant de vaisseau en 1786, avant de recevoir un brevet de capitaine de vaisseau en 1792.
Il a servi dans la Marine royale française, puis la Marine républicaine et la Marine impériale de 1779 à 1815.
Le 24 octobre 1792, il rejoint la Guadeloupe à bord de la frégate « La Félicité ». Après avoir réussit à rallier la Martinique et la Guadeloupe à la République, il exerce en 1793, la fonction de gouverneur provisoire de la Guadeloupe à la demande de la population locale.
A son retour en France, en pleine Terreur, il est destitué comme « ci-devant noble ».
Le 20 mars 1796, le Directoire le rappelle au service et lui rend son grade. Commandant un vaisseau de ligne de 74 canons, baptisé « Droits de l'homme », il participe au projet d'invasion de l'Irlande à la fin de 1796. L'opération échoue et sur le chemin du retour, en janvier 1797, son navire est attaqué par deux frégates britanniques. Au cours de cette bataille navale, il est blessé et son navire s'échoue en baie d'Audierne. Malgré la perte de son navire, il est nommé contre-amiral.
En 1799, il est nommé ambassadeur en Espagne.
Le 8 mars 1801, Napoléon Bonaparte, Premier consul, le nomme capitaine général de la Guadeloupe et dépendances et Préfet colonial. Le 1er novembre 1801, il est capturé alors qu'il s'efforçait de réinstaller l'autorité du gouvernement des Consuls face à des troupes révoltées. On le force à s'embarquer sur un bâtiment danois.
Le contre-amiral Lacrosse se fait alors conduire à la Dominique, pour y attendre l'expédition commandée par le général Richepanse, chargé par le Premier consul de rétablir l'esclavage. Il rentre avec cette expédition à la Guadeloupe. À la mort du général Richepanse en 1802, il reprend le commandement en chef et parvient à soumettre les révoltés et à rétablir l'ordre.En 1803, il s'embarque pour revenir en France sur la frégate la Didon et n'exercera plus de fonctions en Guadeloupe.
Ignorant que les hostilités ont repris avec l'Angleterre, il se heurte à douze vaisseaux de ligne britanniques qui assurent le blocus du port de Brest. Réussissant à leur échapper, il s'empare à cette occasion de la corvette Laurier, rejoint les côtes d'Espagne avec sa prise qu'il laisse à Santander où il débarque et rejoint la France.
Dès son retour, Napoléon le nomme Préfet maritime au Havre et lui confie l'inspection puis le commandement en chef de la flottille de Boulogne qui doit transporter les troupes pour l'invasion de l'Angleterre.
En 1804, il est promu au grade de Commandeur de la Légion d'honneur.
En avril 1811, il est nommé Préfet maritime à Rochefort.
Le 29 juillet 1814 il est fait chevalier de l'Ordre de Saint-Louis.
Admis à la retraite le 1er janvier 1816, pour d'impérieuses raisons de santé, il se retire à Meilhan, sa ville de naissance, où il décède le 10 septembre 1829.

Distinction :
Commandeur de la Légion d'honneur,
Chevalier de l'Ordre de Saint Louis.


Retourner à l'historique des reportages de figures locales



  © SMLH - 2016