Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

La médiathèque de Lavardac accueille la LH


Haut lieu de la culture à Lavardac, la médiathèque municipale de Lavardac, qui a accueilli pendant plusieurs mois la remarquable exposition du dessinateur américain Paul MADONNA, héberge dans ses murs du 8 au 11 novembre l'exposition sur la Légion d'honneur en Lot-et-Garonne.

Le point d'orgue de cette présentation est le lien mémoriel qui est assuré entre les cérémonies de commémoration du centenaire de la Grande guerre et la présentation de l'exposition qui a été enrichie pour l'occasion par un hommage particulier aux anciens combattants de la guerre de 14/18 qui ont reçu la Légion d'honneur à ce titre.

Le travail sur ce lien a été réalisé par madame Janine SESTACQ, professeure en retraite, qui a rédigé et lu le texte suivant au cours de la cérémonie du 11 novembre :

«Ils ont fait partie des soldats d'élite de l'armée française, au plus près des combats de la Guerre de 1914-1918, ces hommes qui ont été, à un certain moment de leur vie, honorés par la Légion d'Honneur, la plus haute distinction française, et qui ont combattu pour la France.
Nous, Lavardacais, pouvons nous enorgueillir de compter dans nos registres d'état-civil, plusieurs natifs de notre commune qui ont reçu la Légion d'honneur au titre de la Grande guerre.
Ils se nomment : Jean, Léon, Henri CAZAUBIEL, André, Alexandre DAVID, Louis, Exupère, Origène DELRIEU, Jean, Albert, Louis DUCASSE, Laurent, André DUPOUY, Jacques, Lucien, Jean, Marie, Emile DUPRAT, Pierre, Camille FLORIS.
Ils étaient artilleurs, fantassins ou marins...
Choisissons le premier de la liste, Jean, Léon, Henri CAZAUBIEL.
Il est né à Lavardac, le 24 octobre 1895. C'est sa vie que nous avons voulu brièvement vous présenter. Les formalités que l'on a remplies lors de ses récapitulatifs de carrière, font état de diverses citations. Nous devinons sa remarquable personnalité.
Il est cité une première fois à l'ordre de la Brigade d'Artillerie du 13ème Corps d'Armée le 2 avril 2016 : c'est un «jeune officier qui a exercé en maintes circonstances le commandement de sa batterie. Il a pris un réel ascendant sur son personnel grâce à ses connaissances techniques, son entrain et son esprit de décision. Il a fait au cours des attaques du 5 au 15 mars 1916, des reconnaissances périlleuses, rapportant à chaque fois les renseignements nécessaires aux batteries du groupe.».
Le 22 mars 1916, il est blessé aux yeux par des gaz de combat.
Le 11 juillet 1917, il est à nouveau cité, cette fois à l'ordre du 13ème Corps d'Armée : il «s'est distingué tout particulièrement aux attaques d'avril 1917. Étant resté seul officier de sa batterie, il s'est dépensé sans compter et a su obtenir un rendement exceptionnel de sa batterie, malgré les bombardements fréquents de l'artillerie ennemie, grâce à son courage calme, son esprit de décision et l'autorité de son commandement. C'est un jeune officier d'un entrain extraordinaire et d'une haute valeur».
La guerre est toujours là. Il la continue au sein de sa batterie qui est rattachée à la 3Ième Division d'Infanterie. Là encore, le combat est ardent.
Le 1er juin 1918, il est cité à l'ordre de la 31ème Division d'Infanterie : «Commandant de batterie extrêmement ardent, réglant tous les jours, présent aux pièces à tous les tirs. Aux attaques de VERDUN, des 20-24 août 1917, a contribué grâce à son ascendant sur les hommes à assurer la mission de sa batterie dont le personnel était très fortement réduit. Du 28 avril au 12 mai 1918, a continué à faire preuve des mêmes qualités en inspirant à tous le calme sous les projectiles ennemis. Blessé à son poste de combat le 12 mai 1918.».
A travers ces citations, on peut lire en filigrane la violence des combats et les nombreuses pertes humaines que subit sa batterie («resté seul officier», «personnel très fortement réduit»), ainsi que le courage et les forces morales qu'il fallait avoir pour continuer le combat !
11 novembre 2018. La guerre est enfin terminée.
Nous le retrouvons en 1920 à Dax, il est capitaine de réserve à titre temporaire au 53ème Régiment d'Artillerie. Il est alors nommé Chevalier de la Légion d'honneur avec effet du 16 juin 1920.
Nous voyons qu'il est aussi titulaire de la Croix de Guerre avec 3 citations (ci-dessus présentées), de la Croix des services militaires volontaires de 3ème classe.
Il a été fait Chevalier du Mérite social, le 25 septembre 1937 (cet ordre a été créé en 1934).
En 1951, il est ingénieur, chef de service du Commerce au Port Autonome de Bordeaux.
Il est promu au grade d'Officier de la Légion d'honneur par décret du 21 décembre 1951, décoration qui lui est remise le 9 février 1952 à Bordeaux en tant que chef d'escadron d'artillerie, réserviste affecté à la 4ème Région Militaire. Il habite alors à Caudéran près de Bordeaux et c'est monsieur Pierre DESSE, Président de la Chambre de Commerce et du Port autonome de Bordeaux qui lui remet cette croix d'officier.
C'est à Caudéran qu'il finit ses jours et décède le 21 juin 1976.»


Tous les participants à la cérémonie ont ensuite pu visiter, en compagnie de Philippe BARRERE, maire de Lavardac, l'exposition présentée par le Lientenant-colonel (er) Hervé LE BRUN, représentant la SMLH 47, ainsi que les travaux réalisés par les élèves de l'école et du collège de Lavardac.

Le 12 novembre l'exposition reprend la route pour une nouvelle destination mais d'ores et déjà la médiathèque de Lavardac a mis une option sur une nouvelle présentation ultérieure afin d'avoir le temps de travailler encore davantage sur nos légionnaires natifs de cette commune !


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016