Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

L'exposition de la LH fait étape dans la capitale des Menteurs !


Du 12 au 16 novembre, c'est à Moncrabeau, capitale mondiale des Menteurs que l'exposition sur la Légion d'honneur a fait une nouvelle pose.

Elle a été accueillie par monsieur CHOISNEL, maire de cette pittoresque cité qui a su préserver un certain cachet médiéval.

Notre exposition a bénéficié de la présence d'une moncrabelaise très impliquée, madame Béatrice BANUT, membre de l'association amicale des anciennes élèves des Maisons d'éducation de la Légion d'honneur qui a pu apporter aux participants un éclairage particulier, et actualisé, sur la scolarité dans ces établissements.

Dans l'assistance on notait la présence de personnalités dont les parents ou grands-parents avaient reçu la Légion d'honneur, certains ayant même amené le diplôme correspondant pour faire partager leurs souvenirs familiaux.

Enfin, la présentation de l'exposition aux élèves de l'école de Moncrabeau a sans aucun doute constitué un temps fort
De nombreuses questions ont marqué l'intérêt de ces «jeunes pousses» parmi lesquelles se trouve peut-être celui ou celle qui assurera le relève des neuf Légionnaires natifs de Moncrabeau dont le président de section a rappelé les mérites éminents :
- Pierre de la Devèze de Charrin (né en 1811), ancien maire de Moncrabeau et suppléant du Juge de Paix,
- Auguste Noguès, (né en 1843) élève à Normale Sup, puis professeur de Math Spé à La Flèche, Brest, Lille, Paris (lycées Charlemagne puis Janson de Sailly),
- Marie Joseph de la Devaize de Charrin, (né en 1882), professeur à Tananarive (Madagascar) avant d'être ordonné prêtre en 1914 et d'être mobilisé (gazé, trois citations, Croix de guerre, Médaille militaire, ),
- Joseph Rigade (né en 1771) qui a fait les campagnes de 1792 à 1816 (Dragon blessé à Jemmapes en 1792, puis Garde consulaire, Légion de gendarmerie, Prévôté en Dalmatie, quatre fois blessé au combat... et qui a eu un cheval tué sous lui!),
- Pierre Senat (né en 1810) maréchal-des-logis de la cavalerie indigène d'Oran qui a fait campagne en Afrique de 1832 à 1843, une blessure au combat et une citation,
- André Bluas (né en 1886) sergent d'infanterie deux fois blessé en 1916 et quatre fois cité en 1916 et en 1917,
- Paul Dupré de Pomarède (né en 1884) sergent en 1914, puis sous-lieutenant, lieutenant et capitaine en 1918 dans l'infanterie (deux blessures et trois citations),
- Jules Cassagnet et Julien Lacapère (dossiers consultables auprès des archives nationales).

Après quelques jours de repos bien mérité, l'exposition sera à nouveau accessible, cette fois-ci dans les locaux de la médiathèque de Mézin du 30 novembre au 31 décembre 2018.

Photos : Francis Sigl


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016