Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Obsèques de Michel DUBUC

Notre compagnon Michel DUBUC est décédé à Agen, à l'âge de 85 ans, en ce mois de septembre 2019. Né 27 septembre 1933 à Puymirol (Lot-et-Garonne), c'est dans cette commune qu'il a souhaité être inhumé dans le caveau familial et que se sont donc déroulées ses obsèques le 23 septembre 2019.
Il signe un contrat d'engagé volontaire de deux ans le 16 mars 1954 à Cherchell (Algérie). Il est nommé caporal le 16 juillet 1954, puis caporal-chef le 1er octobre 1954, sergent le 1er juin 1955.
Il est grièvement blessé par balles le 13 mars 1956 lors des combats de la ferme Gauci à Guelma (Algérie). Il souscrit un nouveau contrat pour trois ans avec effet au 16 mars 1956. Il est rapatrié en métropole le 17 avril 1956, affecté au CAR 103 à Versailles le 1er octobre 1956 et maintenu en activité avec une pension d'invalidité de 75% le 20 septembre 1956.
La Médaille militaire lui est conférée le 21 février 1958.
Il est nommé sergent-chef le 1er mars suivant.
Il épouse Louisette BANT le 16 août 1958.
Il rengage pour un an le 16 mars 1959. Le 12 novembre 1959, il embarque à nouveau pour l'Algérie et rengage pour quatre ans à compter du 16 mars 1960. Il sert en Algérie jusqu'au 21 juin 1962.
Il est admis à faire valoir ses droits à pension de retraite pour infirmités graves et incurables avec pension à 100% et rayé des contrôles de l'armée active le 27 août 1964. Il totalise alors 10 ans, 5 mois et 11 jours d'activités de service et décide de se retirer à Puymirol, puis, en 1972, à Agen.
Chevalier de la Légion d'honneur (Journal officiel du 5 juin 1971) il est également titulaire, entre autres décorations, de la Croix de la Valeur militaire avec palme, de la Croix du combattant et de la Médaille commémorative avec agrafe «Algérie».
Au cours de sa carrière, il a reçu trois citations à l'ordre de la Région, à l'ordre du Corps d'armée et à l'ordre de l'Armée. La citation qui lui a été attribuée suite à sa blessure est la suivante:
«Jeune sous-officier qui s'est conduit suivant les plus belles traditions de l'armée d'Afrique. Lors de l'attaque de la ferme Gauci par des rebelles, dans la nuit du 13 mars 1956, est intervenu au plus fort de l'action et a été grièvement blessé à la face.»


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016