Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Notre camarade Robert REVEILLON nous a quitté à l'âge de quatre-vingt sept ans, le dimanche 29 août à Poissy (Yvelines) et ses obsèques ont eu lieu à la Sauvetat de Savères (Lot-et-Garonne) le 3 septembre 2021.
Il était né le 6 mars 1934 à Wancourt dans le Pas de Calais.
Bénéficiant d'un sursis pour terminer ses études, il a vingt ans lorsqu'il est admis à l'École Spéciale Militaire Interarmes en qualité de Saint-Cyrien en 1954 et intègre la promotion "Lieutenant-colonel Amilakvari" (ancien chef de corps de la 13ème DBLE, mort pour la France à El Alamein). Au terme de ses deux années de formation à Coëtquidan, il choisit de servir dans l'infanterie métropolitaine. Nommé sous-lieutenant, il rejoint l'École d'Application de l'Infanterie à Saint-Maixent pour y poursuivre sa formation d'officier.
Sans attendre la fin de leur formation, les officiers de sa promotion rejoignent leurs unités : il est affecté le 1er décembre 1956 au 5ème Groupe de Chasseurs à Pied à Dombasle (Algérie). Il demande ensuite à servir dans la Légion étrangère, au 1er Régiment Étranger qu'il rejoint le 1er décembre 1957 à Sidi-Bel-Abbès avant d'être affecté au Groupe Instruction Légion Étrangère à Saïda.
Le 1er août 1958, il est à nouveau affecté à Saint-Maixent pour y achever son stage d'application et il est promu lieutenant.
Il est ensuite affecté le 1er janvier 1959 à la 13ème Demi-Brigade de Légion Étrangère (13è DBLE), unité de son défunt parrain de promotion de Saint-Cyr, puis au 2ème Régiment Étranger de Parachutistes (2ème REP) le 1er août 1961.
Promu capitaine le 1er janvier 1963, il est déjà titulaire de quatre citations à l'ordre de la division avec à chaque fois l'attribution de la croix de la valeur militaire avec étoile d'argent.
Il est affecté le 1er mai suivant au 1er Régiment Étranger à Aubagne, et le 10 novembre il prend le commandement de la compagnie de transit n°2 à Fontenay-sous-Bois.
Le 1er octobre 1966 il est affecté à l'Enseignement Militaire Supérieur Scientifique et Technique (EMSST) jusqu'au 1er septembre 1971, date à laquelle il est à la direction technique des armes et de l'instruction (DTAI).
Il est promu chef de bataillon le 1er juillet 1972.
Le 1er septembre 1974 il est admis au cours du Brevet technique d'études militaires supérieures (BTEMS).
A l'issue, il est affecté au 51ème régiment d'infanterie (51ème RI) à Amiens, le 1er septembre 1975.
Il est promu au grade de lieutenant-colonel le 1er décembre 1976 et affecté à Paris à l'État-major de l'armée de terre (EMAT) le 5 septembre 1977.
Le 6 août 1980 il est nommé chef de corps du 60ème régiment d'infanterie (60è RI) à Lons-le-Saunier et y reçoit ses galons de colonel le 1er octobre 1981.
Après un temps de commandement de deux ans, il est affecté comme chef d'état-major de la 42ème division militaire territoriale (42è DMT).
En 1983, il est désigné comme auditeur de la 68ème session régionale de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) organisée à Toulouse.
Il est ensuite affecté à l'État-major de la 4ème région militaire à Bordeaux, le 1er août 1985.
Le 7 mars 1991, atteint par la limite d'âge de son grade (57 ans), il est placé en position de retraite et il est nommé au grade de général de brigade dans la 2ème section du cadre des officiers généraux de l'armée de terre.
Il se retire à Saint-Martin de Beauville.
Outre ses quatre citations à l'ordre de la division, il a également fait l'objet de lettre et de témoignage de satisfaction de ses chefs en 1982 et 1989. Nommé chevalier de la Légion d'honneur (LH) en 1970, à l'âge de 36 ans, il avait été promu officier de la LH en 1982 et commandeur de la LH en 1990.
Robert REVEILLON était un officier de grande valeur, passionné, exigeant avec tous, mais surtout avec lui-même, un soldat à part entière.
Ayant succédé au général GUILLERMET dans la fonction de président de la Société des membres de la Légion d'honneur du Lot-et-Garonne, il a beaucoup apporté par son engagement sans faille auprès des membres de la section pendant trois mandats successifs de trois ans, avant de passer le relais au Préfet (H) Kamel KHRISSATE, ancien Saint-cyrien comme lui.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016