Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Jean-Claude BROUILLET
Il est né le 21 mars 1925 à Villeneuve-sur-Lot. Pendant l'occupation, à l'âge de 16 ans, Jean-Claude travaille comme agent de liaison pour le réseau Alliance, au quartier général de Marie-Madeleine Fourcade. Arrêté à Marseille, il est envoyé à la prison de l'Evêché d'où il s'évade. Il rejoint le réseau, devient chargé de mission, accompagne le général Gabriel Cochet (nom de résistant Cottin) en Espagne et l'assiste dans la traversée des Pyrénées. Arrêté, il est emprisonné à Pampelune et Lérida.
En 1942, il s'engage dans les Forces françaises libres pour la durée de la Guerre. Arrivant à Alger, il se retrouve, malgré lui, dans l'armée d'Afrique du Nord qu'il déserte pour rejoindre les FFL à Sfax en Tunisie.
En 1943, il arrive à la base de Rayack au Liban d'où il est affecté à la base aérienne de Libreville au Gabon, au sein du groupe Artois. Après quelques mois à Pointe Noire avec son unité, il revient à Libreville sur la base des FAFL.
Il part ensuite pour le Maroc (base aérienne de Casablanca) où sont regroupés les French Cadets, volontaires qui intègrent une formation des pilotes de l'armée américaine. Il rejoint alors la base aérienne de Tuscaloosa en Alabama, où il obtient son brevet militaire de pilote avant de revenir en France en 1944.
La guerre finie, il est démobilisé et décide de revenir en Afrique. Il achète un camion pour faire du transport à l'intérieur du Gabon, afin de gagner suffisamment d'argent pour acheter un avion.
En 1950, il fonde la compagnie aérienne TAG (Transports aériens du Gabon) et effectue des vols intérieurs au profit des exploitants forestiers. L'année suivante, il acquiert le Dragon de Havilland F-OAIH, son premier vrai avion de transport.
En 1953 il fonde Air Services, première école de pilotage en Afrique noire.
En 1960, année de l'indépendance du Gabon, Jean-Claude Brouillet est propriétaire de deux compagnies aériennes internationales, Transgabon et Air Services, la première assurant toutes les liaisons aériennes du Gabon et desservant 35 aéroports avec des DC3 et des DC4.
Son carnet de vol totalise 15 000 heures de vol et 120 évacuations sanitaires.
A 35 ans, il décide de tout vendre et de faire le tour du monde à bord de son voilier l'Africa Queen.
Séduit par la Polynésie, il ouvre une chaine d'hôtels dont les célèbres Kia Ora de Mooréa et de Rangiroa dont il supervise la construction. Mais poursuivant un autre rêve, il achète l'atoll de Marutea au sud des Touamotou, y crée une ferme perlière et fonde la compagnie « Polynésie Perles » pour commercialiser la très réputée perle noire.
En 1980, Jean Claude Brouillet se lance dans une nouvelle expérience. Il investit dans le jojoba et fonde la « Jojoba Oil Co » dans l'Arizona, tout en développant une exploitation de 20 000 hectares dans le Haut Chaco au Paraguay où il élève du bétail de qualité.
Jean-Claude Brouillet est mort le 27 mars 2016, à Neuilly-sur-Seine.

Distinctions :
Chevalier de la Légion d'honneur,
Médaille de la Résistance,
Médaille commémorative des services militaires dans la France libre,
Médaille de l'Aéronautique,
Ordre Souverain de Malte,
Etoile Equatoriale.


Retourner à l'historique des figures



  © SMLH - 2016