Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Lot et Garonne

Notre compagnon, Claude BORDES est décédé le 27 mai 2018.


Il était né le 25 septembre 1926 à Gaujac, près de Marmande (Lot-et-Garonne). Dès 1943, il rejoint le Maquis alors qu'il n'a pas encore dix-huit ans. Engagé volontaire pour la durée de la guerre (EVDG) au Corps Franc Pommiès, il participe à partir du 10 août 1944 aux campagnes de France et d'Allemagne avec cette unité devenue 49ème Régiment d'Infanterie.

Ce combattant déterminé s'illustre déjà une première fois lors de l'assaut du Fort de Boyarville dont la reddition marque la libération de l'île d'Oléron. Il est cité à l'ordre du Régiment et reçoit la Croix de guerre 39-45 alors qu'il n'a pas encore 19 ans !

Volontaire pour le Corps Expéditionnaire Français en Extrême Orient le 20 août 1946, il est affecté au 6ème Régiment d'Infanterie Coloniale.

Il est à nouveau cité le 2 mars 1947 à Hagong, et le 31 mars 1947 au cours des opérations sur Bat-Di au Tonkin :

Citation à l'ordre du Régiment : O.R N° 101 du 9 Mai 1947
"Le Caporal-Chef Claude BORDES, Tireur aux rockets d'un courage et d'un sang froid à toute épreuve qui ne cesse de montrer de belles qualités de soldat et de chef, le 2 mars 1947 à Hadong (Tonkin), sa section étant arrêtée par le tir d'un blockaus n'a pas hésité à se porter vers cette résistance, a réussi à placer un projectile au but et a permis la reprise de la progression."

Citation à l'ordre du Régiment : O.R N° 149 du 9 juillet 1947
"Chef de groupe de Fusilier Voltigeur calme et courageux, s'est fait remarquer à plusieurs reprises aux cours des opérations sur Bat-Di le 31 mars 1947 et notamment au sud de Dong-Lac, le groupe de tête étant cloué au sol par le feu des rebelles, le Caporal Chef Claude BORDES n'a pas hésité à se porter vers un voltigeur blessé et lui a prodigué les soins dans une rizière inondée et particulièrement battue par un tir ajusté"
"Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre TOE avec étoile de Bronze.
"

Il est nommé Sergent le 1er juillet 1947. Blessé grièvement, il est rapatrié sanitaire d'Indochine et pris en charge par l'hôpital du Val de Grâce, à Paris, le 23 octobre 1948.
Une fois rétabli, il est affecté au 14ème Bataillon d'Infanterie et il est nommé Sergent-Chef le 1er octobre 1950. Il est breveté parachutiste le 20 novembre 1951 avec le numéro 59.391.
Promu Adjudant le 1er octobre 1953, il est affecté au 14ème Régiment d'Infanterie Parachutiste Coloniale et débarque en Afrique du Nord, à Tunis, le 5 juillet 1954.
Il est ensuite envoyé en Algérie le 25 août 1956 où il fait fonction d'officier des transmissions. Il est de nouveau cité, cette fois à l'ordre de la Brigade, pour son action dans la nuit du 28 au 29 juillet 1958 au Djebel Koudine dans les Aurès. Il participe aux opérations du régiment jusqu'au 1er mai 1961.
Il est muté au 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes le 25 mai 1961 et le 1er décembre 1961 au Centre de Formation des Instructeurs de Tir (CFIT) de Montauban .

Il est promu Sous-Lieutenant le 1er janvier 1962 et Lieutenant le 1er janvier 1964.
Il est affecté comme commandant du Centre d'Instruction de la Préparation Militaire de Nevers (CIPM 58) le 1er août 1966, fonction qu'il exerce jusqu'au 1er août 1972.
Il est promu Capitaine le 1er octobre 1969.
Enfin il effectue son temps de commandement au 27ème Régiment d'Infanterie de Dijon du 17 août 1972 au 24 septembre 1974, date de son admission à la retraite.

Il débute alors une carrière civile de contrôleur dans les assurances au sein du groupe UAP, mais, rattrapé par ses blessures , déclaré invalide à 100%, il doit mettre fin à ses activités professionnelles en 1977.
Il se consacre alors à des activités bénévoles et prend des responsabilités départementales au sein des associations d'anciens combattants du Lot-et-Garonne.

Le Capitaine Claude BORDES est titulaire de 6 citations à titre individuel avec étoile, 2 au titre de 39/45 et 4 au titre des TOE.
Ses obsèques ont eu lieu le vendredi 1er juin 2018 à Puch-d'Agenais (Lot-et-Garonne).
Nous garderons de lui le souvenir d'un homme d'une grande humilité (au point qu'il n'osa pas regarder le Général de Gaulle lorsque celui-ci le décora de la médaille militaire à Toulouse), mais aussi d'un homme courageux, audacieux, calme, d'un soldat de devoir, d'un officier compétent, d'un grand serviteur de la France.

Décorations :
Commandeur de la Légion d'honneur
Médaillé militaire
Officier de l'Ordre national du Mérite
Croix de guerre 39/45
Croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs
Croix de la Valeur militaire
Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
Croix d'Outremer
Médaille commérorative 39/45
Médaille commémorative d'Indochine
Médaille commémorative d'AFN
Croix des combattants de moins de vingt ans
Médaille de la Jeunesse et des Sports.


Retourner à l'historique des souvenirs



  © SMLH - 2016